14 jours à Bali

Bali

C’est après une semaine passée à Kuala Lumpur que nous nous retrouvons pour 14 jours sur l’île indonésienne, Bali

À la sortie de l’aéroport de Bali nous étions loin de l’image véhiculée ici et là sur les réseaux sociaux, verdure, calme, grand espace, etc., ce fût plutôt les bouchons, des rues étroites et laissant peu de place pour circuler à pied.

Une fois arriver à notre premier hôtel, le Wasabi hotel, se situait à Canggu [tchangou] à 1h environ de l’aéroport, nous avions prévu d’y passer quelques jours afin de nous acclimater et profiter d’un petit moment de répit. Par cette même occasion nous nous sommes rendu à Tanah lot, un îlot sur lequel se trouve un temple hindouiste.

Bali - Tanah lot
Tanah lot

Premier constat

Le nombre de touristes pour la basse saison est impressionnant, peu appréciable finalement. Les lieux touristiques perdre quelque peu de leur charme, de leur atmosphère. Tel, Tegallalang rice terraces, où une fois sur place la beauté du lieu est étouffée par le nombre de touristes (dont nous faisons partie) mais aussi par cette sensation d’être au sein d’une simple attraction. À cela nous avons préféré explorer avec notre scooter les routes et rouler ainsi au milieu de la campagne Balinaise.

Se déplacer au sein de Bali

Pour ce qui est du transport sur Bali, vous remarquerez très rapidement que le moyen de locomotion privilégié est le scooter 🛵 C’est le meilleur moyen pour se déplacer “rapidement” (~40km/h) sur de courte distance, vous pouvez facilement en louer un toute une journée pour 50k RP à 70k RP (~4 euros)

Se déplacer à Bali fût LE point compliqué, même marcher est compliqué. Dans les endroits où de nombreux touristes résident, on vous interpelle tous les 20 mètres pour vous demander si vous souhaitez un taxi, si vous avez un logement, etc.

Sur les sites à forte affluence touristiques (Ubud, Tanah lot, etc.), les taxis veillent à ce qu’aucun chauffeur Grab ou GoJek (équivalent d’Uber), ne viennent récupérer (pickup) quelqu’un, la dépose est “tolérée” mais certain chauffeur (avec lesquels nous avons discuté) se sont déjà fait reconduire escorter par des taxis, afin d’éviter que ce dernier prenne un potentiel client. Ces chauffeurs de taxis sont insistants, viennent plusieurs fois proposer leur service, et parfois te suivent lorsque tu déplaces à pied, ce qui est plutôt oppressant et contre-productif à mon sens.

En discutant plus amplement avec un chauffeur, ce dernier nous expliqué qu’avant l’arrivée de ces applications les taxis avaient le monopole sur ce marché et gagner des sommes importantes, 3 à 4 fois le salaire moyen balinais en une à deux journées de travail. Cette “mafia” des taxis appliquaient les prix qu’elle souhaitait, passait des arrangements avec certains établissements pour les déposes de client, etc.

Ce point nous n’en avions pas conscience à notre arrivée. Ce qui nous à value de devoir marcher près de 3km pour ne plus être dans une zone sous l’influence des taxis. Merci à notre chauffeur à ce moment qui a eu la gentillesse de nous attendre et nous évitant ainsi de rentrer à pied.


D’un extrême à un autre

Bali est une destination très prisée, le nombre de touristes, même en période basse reste important. Et c’est bien cela qui nous a le plus “dérangé”, il y a une notion d’empire occidental, l’île est, par endroits, modelée pour convenir aux touristes, cette vision, le tourisme de masse, créée un certain malaise.

Nos quelques jours passés dans le centre de l’île à Ubud, ville considérée comme le centre du tourisme culturel et artistique de l’île, ont été le parfait exemple de ce que nous souhaitions pas. Une forte densité de touristes, un trafic dense, des chauffeurs vous interpellant tous les 20 mètres pour vous demander si vous souhaitez un taxi, allant même jusqu’à traverser et venir à notre rencontre lorsque nous montions dans un shuttle bus, en bref, à l’extrême opposé de la sérénité qui est l’essence de Bali.

Cependant cela reste une ville où il y a de l’activité et de nombreuses choses à y faire ne serait-ce que Monkey forest, une réserve naturelle qui abrite plus de 600 macaques, répartis en différents groupes qui occupent chacun son territoire.

bali - monkey forest
Monkey Forest

J’ai également eu la possibilité de pratiquer l’Aïkido durant 1h30 dans un dojo et un cadre magnifique.

Avec cette ambiance très touristique, nous avons décidé d’aller passer quelques jours dans un petit village de pêcheurs, au Nord de l’île à Tedjakula. Le programme fut, Snorkeling, quelques lignes de code et farniente. Nous avions des hôtes d’une extrême gentillesse, Gombal et Madé, et si nous devions revenir à Bali, retourner chez eux, serait une étape à ne pas manquer et ceux avec beaucoup de plaisir et pour une durée plus longue.

Nous avons quitté la mer pour passer quelques jours plus près des montages, plus particulièrement du Mont Agung, qui est un volcan de l’île (au même titre que le Mont Batur). Notre emploi du temps, balades dans les champs de rizières, découverte d’une cascade, admirer les lucioles la nuit, etc. durant ces quelques jours. Ceci, principalement le matin avant les orages de fin de journée qui nous ont valu de belles averses de pluie, amenant par la même occasion de la fraîcheur.

Notre voyage se terminera dans la région de Keramas dans une guest house. Nous avons profité de musique et de nourriture local au PICA Fest 2019. Par la suite, nous nous sommes rendu à un petit marché nocturne et enfin avons pu profiter et admirer ce sable noir, volcanique, qui caractérise les plages de l’Est de Bali.

Le bilan

Après c’est 14 jours passés sur l’île de Bali, la gentillesse des Balinais·es est très certainement le point que nous avons le plus apprécié, les paysages sont somptueux. Le climat à Bali en cette fin de saison des pluies est bien loin de ce que l’on peut s’imaginer, cela apporte de la fraîcheur, moins d’affluence, un environnement verdoyant, etc.

Autre point à noter, les massages restent l’un des petits plaisirs de Bali, compter ~20€ pour un massage balinais de 2h.

Enfin, pensez à avoir du cash pour, les transports, les homestays ou bien encore les Warung (restaurants et épiceries), la carte bancaire est acceptée dans la plupart des endroits, hôtels où bien dans les restaurants situés dans des zones de fortes affluences.

Bali est superbe, il y règne une atmosphère de quiétude, je souhaite à cette magnifique petite île Indonésienne de ne pas se faire ravager par le tourisme de masse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.